Podcast n°10 – Mais c’est quoi la méditation ? – Guillaume Rodolphe

C’est quoi la méditation ? C’est pas pour les bouddhistes ?
Pourquoi devrais-je faire de la méditation ?
Ca sert à quoi ?

[display_podcast] [ 19 min – 18 Mo]

Pendant ce podcast avec Guillaume, nous démystifierons la méditation et nous verrons ce qu’elle peut apporter dans la vie d’un homme.

Qui est Guillaume Rodolphe ?

Docteur en médecine, il est devenu coach professionnel certifié. Il enseigne la méditation, aide des personnes à atteindre leurs objectifs et à vivre en « pleine conscience ».

Retrouvez plus d’infos sur Guillaume : La pleine conscience

Interview

Alexis : Bonjour à tous et merci de nous rejoindre pour un nouveau podcast Nouvel Homme pour cette saison 2010-2011. Notre premier invité cette saison, c’est Guillaume, alias Doc G.

Guillaume Rodolphe: Bonjour Alexis.

Alexis : Bonjour Guillaume. Tu es l’auteur d’un blog qui s’appelle « La pleine conscience » et tu es coach en méditation. J’ai voulu t’inviter pour plusieurs choses : d’abord pour démystifier un peu la méditation, savoir ce que c’est. C’est vrai que ça ne vient pas à l’esprit de tout le monde d’entamer une démarche vers la méditation, comment à méditer, savoir un petit peu ce que ça apportait, et voilà… nous raconter un petit peu ton histoire, pourquoi tu t’y es mis et voilà. Tout simplement. Si tu veux commencer par te présenter légèrement, ce serait très bien pour que les auditeurs te connaissent.

Guillaume Rodolphe: Merci beaucoup de m’avoir invité. En effet, je m’appelle Guillaume Rodolphe, j’ai 43 ans et je suis médecin de formation. En fait, j’ai exercé la médecine, j’exerce encore un peu, et il y a maintenant plusieurs années, je suis devenu coach professionnel et puis j’ai développé petit à petit une activité d’instructeur en méditation de pleine conscience. Voilà. Ça c’est le parcours un peu général.

Alexis : D’accord. Qu’est-ce que ça veut dire coach en méditation pleine conscience ?

Guillaume Rodolphe : Donc en fait dans la méditation, il y a différents types de méditation. Et la méditation de pleine conscience c’est un des types de méditation pour laquelle je suis formé, qui est une méditation laïque. On a tendance à assimiler la méditation au bouddhisme perdu sur le bout de sa montagne tout en haut, là…

Alexis : Exact.

Guillaume Rodolphe : Voilà. Donc, on redescend sur terre, et maintenant, on utilise la méditation dans des pays qui n’ont rien à voir avec le Tibet, aux Etats-Unis, en Europe, et en fait dans beaucoup, beaucoup de pays du monde, parce qu’on a des données maintenant scientifiques sur son intérêt.

Alexis : OK. Quels sont justement ces intérêts ? Parce que pour l’homme de la rue, entamer cette démarche de méditation, ça paraît un peu étrange. Il va se dire : « il faudrait que je fasse un petit peu à mon alimentation… », ce genre de choses, mais ça ne va pas lui venir à l’idée de commencer à méditer. Qu’est-ce que ça apporte la méditation ?

Guillaume Rodolphe : En fait, méditer, je pense qu’il y a une espèce d’idée reçue là-dessus. Souvent, les gens disent que c’est… on emploie souvent « méditer » en terme de réflexion. On médite souvent sur quelque chose, etc. En fait, ce n’est pas du tout ça. Méditer, c’est un entraînement de l’esprit. Ça c’est déjà très important. Et ça devient, maintenant qu’on sait ce que c’est, naturel, comme on s’entraîne, tu l’as dit, à faire une activité physique, à mieux manger, à mieux être. Et la méditation, c’est un entraînement de l’esprit. Alors, en fait qu’est-ce que ça apporte déjà ? Ce que ça apporte, c’est que ça diminue de façon considérable le stress. C’est vraiment un anti-stress. En fait, la méditation fait partie des pratiques qui visent à gérer nos émotions. On a tous des émotions : on a de le joie, ça c’est une émotion plutôt positive, mais on a aussi de la peur, on a de la colère, ça c’est plutôt des émotions négatives, et on est en perpétuel, surtout dans notre monde moderne qui va de plus en plus vite, soumis à des stress variés qu’on connaît tous et qui empoissonnent la vie. Donc, la méditation déjà apporte ça. C’est-à-dire, et ça a été montré maintenant dans beaucoup d’études, une diminution du stress.
Cette réduction du stress, elle est très importante, parce que la méditation de pleine conscience, que j’exerce et que j’enseigne, c’est une des seules, on ne va pas dire la seule, une des seules à avoir été démontrée scientifiquement. C’est-à-dire qu’il y a des études américaines et européennes qui ont montré avec des outils scientifiques réels, que ça diminuait vraiment le stress et que ça favorisait, je dirais, le bien-être à la vie. Voilà.

Alexis : Quel est justement la différence ? Tu dis que c’est un des seuls types de méditation dont les effets sont avérés. Quel est la différence entre la méditation, le Yoga, la Taï-Chi, toutes ces choses-là, avec la méditation de pleine conscience ?

Guillaume Rodolphe : La méditation de pleine conscience fait partie des techniques de méditation. La méditation de pleine conscience a été inventé vraiment par un médecin américain, qui s’appelle Jon Kabat-Zinn, il y a maintenant une trentaine d’années. Il a conçu un programme, c’est un programme de huit semaines, où le pratiquant s’exerce à méditer et le principal support de la méditation de pleine conscience, ça va être le souffle. C’est-à-dire qu’on peut méditer sur la respiration, comme c’est le cas pour la méditation de pleine conscience, mais on peut méditer aussi sur un objet, sur une bougie, etc. Donc, la méditation de pleine conscience, la première chose, c’est qu’on se concentre, on focalise, on centre son attention sur le souffle, sur la respiration.

Alexis : D’accord.

Guillaume Rodolphe : C’est-à-dire sur quelque chose qu’on fait tout le temps et dont on ne se rend absolument jamais compte. On ne se dit pas, sauf quand ça ne va pas, c’est-à-dire soit quand on a le souffle court, soit au contraire quand on respire très très vite… mais en fait, on ne pense pas à respirer. C’est une fonction automatique de l’organisme et qui évidemment est fondamentale, puisque quand on arrête de respirer, on ne va pas bien ! Ça, c’est la première différence. La deuxième différence, c’est que c’est un programme structuré et lui a conçu ce programme, le nom officiel c’est MBSR (pour Mindfulness-Based Stress Reduction : Réduction du stress basée sur la pleine conscience). Donc, pleine conscience, ça se dit « mindfulness ». « Etre mindful », ça veut dire être pleinement conscient.

Alexis : D’accord.

Guillaume Rodolphe : C’est ce programme qu’il a en fait bâti. Ce programme associe d’une part de la méditation allongée, c’est ce qu’on appelle le « body scan ». C’est une méditation allongée qui dure 40 minutes et pour lequel on va passer en revue toutes les parties du corps dans un ordre bien précis, et simplement juste, diriger son attention sans jugement, au moment présent, délibérément (c’est la définition de la pleine conscience) sur les différentes parties du corps. Ça c’est la première pratique de méditation du programme.
Ensuite, on a une deuxième partie, qui est la méditation assise. Là encore, une idée reçue : on n’a pas besoin de se mettre en position dite de « yogi ». On voit bien, c’est une position avec les jambes, et ça fait mal, etc…. C’est la méditation assise. Il suffit d’une bonne chaise, avoir les pieds bien à plat sur le sol, le dos bien droit, le cou dans le prolongement du dos, les épaules relâchées et on est dans la posture. Là encore, c’est vraiment une méditation pour les occidentaux, pour le monde moderne. Parce que bon, on ne se voit pas se mettre en position de yogi au travail ou chez soi.

Alexis : Et combien de temps ça dure quand tu dois méditer ? Combien de temps ça doit durer ?

Guillaume Rodolphe : Voilà. Alors après, il y a une autre méditation, tout ça c’est dans le programme, ce sont des mouvements de pleine conscience. Donc là on voit : on a des méditations allongées, on a des méditations assises, on a des mouvements de pleine conscience de yoga et on a enfin de la méditation marchée. Bon. Alors, tu me poses la question du temps. En fait, le programme tel qu’il est conçu, c’est une méditation qui dure à peu près entre 35 et 45 minutes, une fois par jour, 6 jours sur 7 et ça pendant 8 semaines. C’est l’engagement du programme. En fait, c’est ce qu’on appelle, tout ça, de la méditation formelle. C’est-à-dire qu’on va faire formellement de la méditation pendant 40 minutes, etc. Mais en fait, le but n’est pas là. Ce ne serait rien de plus absurde…

Alexis : Tout à fait, oui.

Guillaume Rodolphe : … de méditer pour avoir un bénéfice, d’être dans l’instant présent, d’être serein et détendu pendant 40 minutes et puis quand on arrête la musique, d’être stressé, d’être déprimé ((rires)), d’avoir plus d’estime de soi, de pas arriver à se concentrer. Et donc, le programme fait petit à petit passer cet état, qui est un état de pleine conscience, c’est-à-dire d’être pleinement présent au moment, vivre le moment en fait, sans jugement et sans le modifier dans la vie de tous les jours. Et donc dès la première semaine dans ce programme, on commence à vivre la pleine conscience dans les gestes de la vie quotidienne.

Alexis : D’accord.

Guillaume Rodolphe : En se brossant les dents, en prenant sa douche, en prenant sa voiture… le principe de départ, c’est quoi ? On peut prendre cinquante exemples. Il y en a 2 ou 3 que je peux prendre. Quand on conduit, on est au volant de sa voiture et on fait un trajet tous les matins. En fait, le plus souvent, on n’est pas vraiment là. On est dans les pensées. On va dire : « Tiens, j’ai rendez-vous avec telle ou telle personne…, etc. »

Alexis : Exact.

Guillaume Rodolphe : On n’est pas vraiment là. On dans les pensées, on est ailleurs. De la même façon, il est arrivé à tout le monde de lire un livre et à la fin de la page, on se dit : « en fait, qu’est-ce que j’ai lu ? ».

Alexis : ((rires)) Oui. Ça nous l’a tous fait.

Guillaume Rodolphe : C’est ce qu’on fait, et ça veut dire encore une fois qu’on n’était pas pleinement présent. On est ce qu’on appelle en « pilote automatique ». C’est-à-dire qu’on vit, on est toujours dans le faire, il y a le cerveau qui mouline en permanence sur les pensées, le corps qui peut donner des signaux d’alarme et on n’y prête pas attention, et on a des sensations, mais voilà… Ça c’est notre mode de fonctionnement classique. C’est ce que vit la majorité des gens. Avec la méditation de pleine conscience, on se reconnaît soi-même à son corps. Et ça c’est très important, parce qu’il y a beaucoup de personnes, notamment les hommes, qui oublient totalement leur corps. C’est-à-dire qui le néglige, et qui même quand ils y font attention, ne sont pas à l’écoute de leur corps. Et donc, on va, grâce à ces techniques, déjà, se réapproprier son corps. C’est-à-dire qu’on va sentir petit à petit des choses dans le corps, qu’on ne sentait pas. Le corps le sentait, mais l’esprit était ailleurs. Et on va surtout, je finis là-dessus, petit à petit développer ce qu’on appelle « l’être », au lieu du « faire ». On est toujours dans « on fait des choses ». En méditant, et en le faisant passer dans sa vie de tous les jours, on va juste « être », être présent. Et ça, c’est un apport extraordinaire. C’est-à-dire que dans sa vie de tous les jours, on a par exemple des enfants, on joue avec ses enfants, et bien on va vraiment jouer avec ses enfants. On ne va pas être là en train de se dire « j’ai tel souci, j’ai tel problème ». Quand on va être avec sa femme, ou puisque c’est un blog pour les hommes, on va être avec sa femme ou avec son conjoint, son ami, etc… on va être vraiment avec lui, pas faire semblant. Et on a tous connu des moments où on est là, mais on n’y est pas vraiment.

Alexis : Je vois tout à fait ce que tu veux dire et je ne sais pas si tu connais le livre « The Flow » de Mihaly Csikszentmihaly (il a un nom imprononçable), et il a fait des études sur comment tu es, ce que toi tu appelles en pleine conscience, il avait appelé ça, « the flow », et apparemment c’est l’instant où tu expérimentes le plus de bonheur, c’est là où tu vis le plus d’émotions, c’est à ce moment-là.

Guillaume Rodolphe : Donc en fait, c’est juste… c’est extrêmement simple. C’est la simplicité même. C’est juste être tel quel, être comme c’est, le moment. Or, nous, nous ne sommes pas. Les gens ne sont pas. Et pourtant, on est, en anglais, des « human being », des êtres humains, on n’est pas des « faire humain ».

Alexis : Ouais…

Guillaume Rodolphe : Voilà, on est très peu dans l’être. On est toujours dans le faire : « je vais faire ça.. ». Là, on prend un moment pour soi..

Alexis : Exact. C’est d’ailleurs comme ça qu’on se définit en général quand on pose une question à quelqu’un : « qu’est-ce que tu fais ? Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? ». C’est comme ça qu’on se définit plus que par l’être.

Guillaume Rodolphe : Voilà. Ça c’est un peu ce qui sous-tend un peu cette méditation de pleine conscience. Ça apporte beaucoup de choses en fait. D’abord, ça a des applications médicales, ça c’est important. Ça a été démontré comme prévenant les gens qui font des dépressions, une des maladies les plus répandue sur notre planète, et notamment dans nos pays, puisqu’on estime à peu près que 5 à 10% des gens font, on fait ou feront un épisode dépressif. Donc, c’est pour ça que les antidépresseurs marchent si bien. Ça va être un outil de prévention des rechutes dépressives. Donc ça a été démontré dans plusieurs études bien faites méthodologiquement, qui ont comparé bien sûr des sujets qui ont pris des antidépresseurs et qui ont appliqué le programme de 8 semaines, par rapport à d’autres qui n’ont pris que des antidépresseurs. Ensuite, ça va entraîner une réduction des douleurs. Il y a un certain nombre de gens qui ont des douleurs chroniques, qui ont des maladies, qui ont mal, et qui grâce à ça, arrivent à maîtriser leur douleur. Donc ça, c’est déjà pour les malades.
Mais si on n’est pas malade ? Ce programme va améliorer notre résistance au stress et à l’anxiété. Le stress, on ne peut pas l’enlever, mais on peut éviter d’être emmené. C’est-à-dire que le stress est là, et on ne va pas être emmené dans la spirale du stress. On sait que c’est aussi un outil d’amélioration de ses performances, notamment au travail. C’est-à-dire que les gens qui méditent régulièrement, maintenant on le sait, vont être plus performants.

Alexis : Parce que plus concentrés ?

Guillaume Rodolphe : Ça développe la concentration, et ça développe aussi ce que j’appelle aussi le recul. Le recul c’est quoi ? C’est-à-dire qu’on va…

Alexis : Relativiser ?

Guillaume Rodolphe : Associé à d’autres techniques, on va par exemple mieux être en relation avec ses supérieurs hiérarchiques, avec ses collègues de travail. De ça, il y aura une meilleure ambiance, de ça, on va mieux s’organiser pour travailler. Donc c’est un programme qui ne… ce n’est pas une méthode miracle, pas du tout, m’ais c’est un programme qui développe ça. Ça développe la concentration, ça développe aussi l’estime de soi. C’est très important. Il y a beaucoup de gens, notamment que j’ai en coaching, qui ont des problèmes d’estime de soi, c’est-à-dire comment ils se considèrent eux-mêmes et comment ils affrontent les autres avec ce petit handicap qui fait que c’est difficile pour eux. De ça peut naître la timidité, des angoisses, etc. Et puis, ça permet, et ça c’est très important, de façon assez étonnante, mais finalement ce n’est pas si étonnant, ça développe la créativité. C’est-à-dire que très souvent au cours du programme, les personnes écrivent, les personnes peignent, les personnes font du collage, voilà. Donc, ça dénoue des choses qui sont à l’intérieur et qui n’ont pas eu le temps, parce qu’ils n’ont pas assez confiance en eux, de développer et arrivent à sortir des choses. C’est très fréquent. Au cours du programme, il y a des petites choses qui sont créées. Voilà.

Fin de la première partie

Pour la deuxième partie nous verrons un exercice de méditation, comment méditer et plus encore.



Alexis Santin :

Alexis accompagne les hommes sur : Le Leadership Masculin et leur Stratégie Unique pour leur business.

Sur ce blog il éduque et partage ces recherches : Travail de l’Ombre, Stratégies d’entreprise, Biohacking, Respiration, Totale Confiance, Charisme, Authenticité, Circling, Leadership Masculin, Présence, Entrepreneuriat à mission, Traumas Développementaux, Théorie Intégrale, Tantra, Enthéogène, Changement de Civilisation, Système Monétaire, Intimité Radicale, Relations Conscientes, Neurofeedback…

Il a créé de nombreux projets dont le Mastermind Nouvel Homme.

5 réflexions au sujet de « Podcast n°10 – Mais c’est quoi la méditation ? – Guillaume Rodolphe »

  1. Ping : Un an de blogging, STOP ou ENCORE ? | Sur le chemin de la pleine conscience

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *