« J’ai peur que tu penses que je ne te respecte pas »

Hier, conversation avec Mateo Tabatabai.

Nous restons 8 minutes sans parler au début de l’appel.

C’est fluide. Je suis serein.

Nous pourrions rester comme ça pendant 1h.

Je suis centré.

Puis je ferme les yeux…

LE CHAOS INTÉRIEUR

Et en fermant les yeux, je sens mes peurs remontées.

« Il va peut-être penser que je m’en fous »
« Il va penser que je ne le respecte pas »

Je me sens complètement activé intérieurement.

Pas de paix intérieure 🙂

Même si je semble calme avec les yeux fermés.

J’observe tout ça.

Je rouvre les yeux et casse le silence en lui expliquant ce qui vient de se passer.

L’ÉTAT D’HYPERVIGILEANCE : PEUR DE L’AGRESSION ET DE MON AGRESSIVITÉ

Je remarque que les yeux ouverts, je vais inconsciemment « checker » les autres.

Voir si tout va bien.

J’ai peur d’être agressé en fait.

En fait, j’ai peur de ma propre capacité à agresser.

JE NE ME METS PAS EN COLÈRE

Derrière il y a cette peur de sentir mon « hara ». Et de sentir ma capacité à agresser quelqu’un. De sentir ma colère. Mon agressivité.

Et donc je suis en état d’hypervigileance pour éviter le conflit (donc je suis dans mon système nerveux sympathique et je vide mes glandes surrénales et je me fatigue plus vite et j’ai envie de rien, démotivation, dépression, idées négatives 🙂

LA CROYANCE ATTACHÉE

Derrière, il y a cette croyance attachée à ma personnalité. Je veux être vu comme calme, composé, solide, gentil.

Et j’ai peur d’accéder à la puissance du « hara ». La puissance de ma colère. De mon réflexe reptilien. De ma capacité à me défendre et me mettre en colère.

Donc cette semaine mon but c’est d’accepter la partie de moi qui n’est pas gentille. D’accepter être un peu rude et méchant. D’accepter d’être clair avec mes limites même si ça ne correspond pas à l’image que les gens ont de moi ou l’image que j’aimerai que les gens aient de moi.

Inconsciemment j’ai peur d’être agressé. Mais quand on a peur de quelque chose chez les autres, c’est que nous avons peur de la même chose chez nous : j’ai peur de ma propre puissance d’agression.

LA STRUCTURE DE L’ÉGO

L’égo va vouloir me faire penser que je suis un gentil. Que je suis comme ci. Mais je suis tout.

A vous.

1. Observez les pensées et instabilités ce qui remonte quand vous méditez.
2. Rendez conscient ce que vous “checkez” inconsciemment dans le comportement des autres.
3. Osez l’avouer et travaillez avec un coach/thérapeute sur ça

— Alexis

P.S : Apparemment je serais du profil ennéagramme 2. Ce profil a plus tendance à devoir travailler sur la tristesse et la honte. Et aussi sur la fierté (la fierté d’être humble ou de « ne pas avoir de besoin »). Mais au final l’idée, c’est de transcender tout ça.

RESSOURCES :

– Sytème nerveux sympathique/parasympathique
– Traumas développementaux, schémas récurrents.. (“Healing Developmental Trauma” de Laurence Heller, Aline Lapierre)