« LIFE IS SINGLE PLAYER GAME » : VIVRE DANS LE CENTRE DU MANDALA

Il y a plusieurs mois je gagnais mon premier tournoi de tennis en étant au « centre du mandala ».

C’est à dire : m’aimer, jouer pour moi. Et ne pas vouloir jouer pour l’extérieur du mandala (gagner le point, avoir de l’amour des autres en gagnant un classement, etc…)

Le but c’était d’appliquer ce concept de « self-love » à chaque point et entre les points.

Je me répétais ce genre de phrases : « je joue pour moi, je m’aime, le score ne te regarde pas cela n’a rien à voir avec toi, joue par amour pour toi… »

LA VIE N’EST PAS UN JEU MULTIJOUEUR, C’EST UN JEU SOLO

Il y a 1 mois, j’avais une journée de coaching avec un client qui me parle d’une métaphore de Naval Ravikant (fondateur de Angellist et un spécialiste des cryptomonnaies) : beaucoup de gens pensent que la vie est un jeu multijoueur alors que c’est un jeu que l’on est seul à jouer.

(c’était dans ce podcast : https://www.farnamstreetblog.com/…/naval-ravikant-reading-…/ )

Quand je pense que la vie est multijoueur, je commence à vouloir gérer les émotions des autres, je commence à me comparer avec les autres (il gagne plus, il est plus beau, je ne suis pas assez bien… ou même : je gagne plus, je suis mieux, etc… ce qui est la même chose).

Hier j’avais mon coaching avec Mateo Tabatabai (une vidéo de lui pour comprendre : https://www.youtube.com/watch?v=x013Qpcpo6c )

Et je lui parle de mon thème du mois de janvier : LIFE IS A SINGLE PLAYER GAME.

Et je me rends compte que c’est un mouvement intérieur. Un mouvement où je suis mon coeur encore plus.

C’est comme si ma conscience était plus ancrée en moi au lieu d’aller vers l’extérieur ou d’avoir mon attention à l’extérieur.

Comme diraient les anglophones : « I’m Home ». Je me sens centré.

Je reste au centre du mandala. J’arrête d’essayer de modifier l’extérieur du mandala (les résultats que je peux avoir dans la vie).

Et j’ai pu le voir dimanche dernier (encore au tennis), je jouais un autre niveau en appliquant ça. En faisant ça : je joue mieux au tennis, je fais mieux l’amour, je suis plus heureux, je me tiens plus droit.

Et contrairement ce qu’on pourrait penser, il est plus facile d’aller vers les autres, il y a moins de peur, moins besoin de se défendre, il est plus facile de donner ses dons à l’univers et aux autres players/bots/PNJ 

« Life is a single player game. »

C’est un concept très puissant.
Un concept qui m’aide à être moi, un peu plus chaque jour.

Life is a single player game.

Alexis
– joueur de FPS (Duke Nukem 3D, Counter-Strike et tennis)

P.S : Essayez une journée de vous rappeler que la vie est « single player ». Vous verrez. Vous risquez même d’avoir plus de compassion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *