On apprend beaucoup de choses des gens en les écoutant. Encore faut-il savoir quoi écouter.

Au-delà de l’accent, de la qualité du langage et de la fréquence de votre voix qui informeront sur votre origine géographique, sociale et votre confiance, il existe un critère qui déterminera votre façon de voir le monde et la personne que vous deviendrez.

A quoi sert de voir le verre à moitié plein ?

Si vous vous entendez vous plaindre, rendre les autres responsables de votre situation, ou justifier votre condition, ça soulagera votre conscience, ça vous permettra de ne pas vous remettre en cause et de sauver la face (au moins à vos yeux). Vous aurez tendance à limiter les actions bénéfiques que vous pourriez entreprendre ainsi que  de paralyser celle de votre entourage.
Votre entourage cherchera  à terme à vous éviter. Ou alors, vous formerez un groupe d’individu qui se complaît dans l’inaction et la critique. Vous aurez aussi une prédisposition à ne pas atteindre vos objectifs.

Bien sûr vous pouvez garder ce statut de victime (tant glorifié en France) qui permet de se débarrasser de toute responsabilité. Mais je crois qu’il y a un autre chemin à prendre, beaucoup plus subtil et beaucoup plus amusant.

Si vous voyez le verre à moitié plein, vous aurez alors le pouvoir de motiver les autres, ils chercheront votre compagnie, et vous serez capable d’accomplir vos projets. De plus, les scientifiques nous l’ont dit : le bonheur est contagieux.

La beauté de la chose c’est que vous pouvez changer cet état d’esprit et influencer les autres positivement en changeant simplement quelques mots.

Comportement Extérieur = Etat Intérieur

Dans son livre, Mind-lines: Lines For Changing Minds (des mots pour changer d’état d’esprit) Bobby G. Bodenhamer, D.Min. et L. Michael Hall nous expliquent que le comportement extérieur = état intérieur. Et qu’il est possible de reprogrammer votre état intérieur, votre perception et celle des autres en changeant les mots que vous utilisez.

T. Harv Eker, lui challenge ses clients de ne pas se plaindre pendant 7 jours, les résultats sont époustouflants.
En effet, les plaintes, les remarques négatives, les justifications fonctionnent comme des pilules antistress. Ça soigne les symptômes, pas le problème.

Neil Strauss est aussi un grand admiratif de cette méthode, et donne 1$ à la personne qui est témoin d’une plainte ou d’une remarque négative de sa part.

L'aire de Broca est la zone de production des mots parlés. L'aire de Wernicke est responsable de la compréhension de ces mots.

Lors de vos matchs de football par exemple, lorsque vous avez besoin de gagner un match, est-il nécessaire, après avoir pris un but, de se plaindre, de faire remarquer que c’est la faute de Ludovic qui a loupé son contrôle ou justifier votre future défaite ? Hum…. non, ça ne sert qu’à faire perdre le reste de confiance de Ludovic, ça n’offre aucune solution et ça ne motive personne!

Que faut-il dire alors pour motiver son équipe ?

  1. “Je vous avais dit qu’on allait perdre”
  2. “Allez, on ne se décourage pas”
  3. “On s’encourage les gars”
  4. “Obi Wan Kenobi”

Si vous avez choisi la réponse 3, vous êtes sur la bonne voie. En quoi la 2 et la 3 sont différentes ? Comme pour arrêter de fumer, la pire chose à faire est de se dire : “je dois arrêter de fumer”. Que fait l’inconscient ? Il entend seulement le mot FUMER, il ne fait pas la distinction avec la négation (c’est la fameux coup du : “n’imaginez pas une table ronde dans votre tête” ).

Exercices

Attention cet exercice risque de changer votre façon de voir le monde et vos relations avec les autres.

  • Eviter les négations en utilisant des mots à connotation positive (encourager vs décourager)
  • Éliminer les personnes négatives de votre entourage (ou faites-leur lire cet article)
  • Interdire toutes remarques, critiques ou jugements négatifs

Durant les 7 prochains jours, écoutez les mots qui sortent de votre bouche, faites plus attention aux mots que vous choisissez et interdisez-vous toutes remarques négatives. Tiendrez-vous 7 jours ?

L’optimisme est un muscle, entraînons-le.