Interview : Jacques Brel – Knokke 1971

Extrait :

« Et toute sa vie l’homme – je crois – un homme normal rêve de foutre le camp… vers des espèces d’aventures quelle qu’elles soient, même si le gars est fonctionnaire depuis quarante ans ; quand on le voit un soir et qu’il essaie de se libérer un peu, il vous dit : « J’aurais voulu être pilote, j’aurais voulu être machin. » Tous les hommes ont envie de faire quelque chose. Et les hommes ne sont malheureux que dans la mesure où ils n’assument pas les rêves qu’ils ont. »

Jacques Brel

En intégralité :

7 réflexions au sujet de « Interview : Jacques Brel – Knokke 1971 »

  1. Excellent Alexis 🙂
    Je crois que tu as en plus trouvee un embleme pour ton blog mdr. J’aime vraiment beaucoup cet homme, beaucoup de choses a dire et pas mal d’entre elles sont vraiment intéressantes…et sorte du consensus. Même si je maintiens qu’il ne vivait pas dans la meme époque que nous, il ne machait pas ses mots sur les femmes et j’ai vu que parfois tu en fais autant dans tes colonnes.
    N’étant dragueur que quand on stimule mes neurones et étant d’un naturel qui préfère laisser parler plutôt que parler, j’en suis arrivé a la conclusion en t’observant que certains de tes articles trahissent un certain air de Brel en toi…:-)

    Bonne continuation Alexis

    Mohamed Semeunacte

  2. Alors, si je résume,

    L’homme est un aventurier qui a soif de liberté.
    La femme est l’inverse, elle a soif de stabilité.

    Mais la femme ne s’est t-elle pas façonné a l’image qu’avait l’homme d’elle. Je ne pense pas que l’homme rêve d’une femme libre. La femme idéale est pure, soumise, fragile. C’est aussi une mère (ce qui explique pourquoi la vierge marie a tant de succès)
    Et l’homme s’est aussi adapté a ce que la femme désirait. Non?
    A qui la faute si la femme veut un oeuf?

    Alors finalement, l’homme a pour ennemi lui même. Et il ferai mieux de se poser les bonnes questions sur son désir « d’aventure » plutôt que de tout mettre sur le dos de sa femme.

    Moi j’ai l’impression que l’homme se trouve dans un cul de sac.

    Et la me vient cette image:
    Prenons les contes de fées.(dont les auteurs sont des hommes)
    Il y a le prince, L’homme.
    Et puis en face: il y a toujours une sorcière et une princesse.
    Finalement, ces contes retranscrivent une part de vérité. Ces deux personnages représentent une seule et unique personne: La femme.

    Alors pourquoi? Pourquoi, il y a la méchante et la gentille? (dans Blanche neige, Cendrillon, la Belle au bois dormant etc ..)

    L’homme a un problème avec les femmes. Jacques Brel, Alain Soral, Don Juan & beaucoup d’autres..

    😉

  3. C’est ton article, Mohamed, qui m’a fait repenser à cet interview.

    Mais, ne me faites pas un faux procès, Brel a ses idées et elle n’engage que lui.

    Je trouve néanmoins que ses mots peuvent réveiller l’envie d’agir et offre une vision de l’homme assez juste, mais, pour la femme c’est vrai, difficile à défendre à notre époque.

  4. salut

    j’ai revu l’interview plusieurs fois . j’avoue etre (ebloui) par les idées de brel . homme

    chanteur mais surtout homme penseur !

    une qualité qui s’avere de plus en plus rare !!!! il faudrait rediffuser cet interview et

    montrer à cette generation un exemple d’artiste des années 60 .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *