Challenge Nouvel Homme – Jour 5/10 : Être seul avec soi-même

« Le défaut le plus répandu de notre type de formation et d’éducation : personne n’apprend, personne n’aspire, personne n’enseigne… à supporter la solitude. » Friedrich Nietzsche

C’est une phrase criante de vérité et de lucidité, déjà évoquée dans un article précédent. Encore plus vrai aujourd’hui qu’à l’époque où Nietzsche l’écrivait. J’ai trouvé ça étrange la première fois que je l’ai entendu. Mais avec le temps, j’en ai compris la puissance. D’ailleurs, les plus grands philosophes ont parlé de l’importance de la solitude comme moyen de compréhension du monde, vous trouverez donc de nombreuses citations dans cet article. Car c’est dans sa solitude que l’homme a pris conscience de son être.

« L’éveil de la conscience surgit à l’intérieur de la lassitude. » Camus

Quels sont les bénéfices ?

Être à l’aise tout seul. Cette sérénité vous apportera richesse intérieure et une grande indépendance.

Être capable de sortir seul. Les plus belles rencontres que vous aurez se feront seul.

Améliorer la qualité de son cercle social. Vous serez capable de dire non, de ne pas être dépendant de quelques relations sociales médiocres entretenues uniquement dans le but de ne pas se sentir seul.

Développer sa spiritualité. Ce n’est pas le thème principal de NouvelHomme.fr, mais je vous invite à prêter attention à ce domaine de votre vie. Comment voulez-vous contribuer à rendre le monde un peu meilleur ? Quelles sont vos valeurs ? Quelles traces allez-vous laisser ? C’est une grande distinction entre l’homme et l’animal.

« Tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre. » Blaise Pascal

Quelques principes

  • Apprendre à méditer
  • Faire le tri dans ses fréquentations
  • S’interdire d’ordinateur/télé un soir par semaine

« […] l’idée que la lassitude est la condition première d’une prise de conscience de son état dans le monde, donc la lassitude doit être perçue comme un point de départ à une réflexion (un renouveau). » Bastien B. – un ami.

Jour 5 – Le challenge

« Si les singes savaient s’ennuyer, ils pourraient devenir des hommes. » Goethe.

Après avoir parlé avec des inconnus, nous allons monter d’un niveau pour ce challenge. Une seule tâche est requise pour ce challenge.

1 – Passer la soirée seul – sans ordinateur, télé, lecture, téléphone, musique…

Apprendre à passer une soirée avec soi. Chez soi, sans tv bien sûr, mais également sans net, sans musique, sans lecture, téléphone coupé, avec uniquement à boire et à manger, jusqu’au coucher. 2 personnes sur 3 n’y arrivent pas, elles deviennent folles, le bruit et l’agitation inutile nous parasitent et sont devenues une drogue dont il faut se désaccoutumer.

Le but est de comprendre qu’il est devenu très difficile d’être avec soi. Dans le silence, vous allez entendre votre coeur battre, vous allez vous entendre respirer (et réaliser que vous respirez mal), vous allez vous rendre compte que vous ne pensez à rien ou à trop de choses à la fois, que vous n’êtes pas le maître de votre esprit, etc.etc. Stéphane

Bon courage.

On se retrouve lundi pour un nouveau challenge.

Travail de l’Ombre, Biohacking, Respiration, Totale Confiance, Charisme, Authenticité, Circling, Leadership Masculin, Présence, Entrepreneuriat à mission, Traumas Développementaux, Théorie Intégrale, Tantra, Enthéogène, Intimité Radicale, Relations Conscientes, Neurofeedback…

Alexis Santin – Fondateur de Nouvel Homme

14 réflexions au sujet de « Challenge Nouvel Homme – Jour 5/10 : Être seul avec soi-même »

  1. La solitude joue aussi un rôle important dans la créativité. Mes meilleures idées sont venues après une marche seul ou une balade en vélo dans les bois.

    De plus, apprendre à être seul avec soi-même c’est aussi apprendre à apprécier sa propre compagnie, à savourer le moment présent. J’ai toujours trouvé idiot ceux qui partent dans d’autres pays pour être heureux quand ils ne savent pas d’abord apprécier la simplicité d’un coucher de soleil chez eux, le calme d’une nuit et sa pleine lune, la beauté d’un parc vide.

    Je divague, mais quand on enfant voit un avion il s’exclame et appelle ses parents pour le leur montrer. Une fois adulte on oublie le plaisir des choses simples, et être seul avec soi-même, ou avec la nature à admirer un paysage, en font partie.

    Merci pour ce rappel.

  2. C’est très juste que notre société nous fait oublier qui nous sommes vraiment. Dans cette course au « toujours plus et plus vite », on ne se connait plus, on se sait plus exactement qui on est car on ne vit que par rapport aux autres. Donc je trouve ta proposition excellente ! Elle est un des rares moyens de véritablement se connaitre. 🙂

    Pour découvrir quoi ? Que nous sommes en fait tous des êtres de valeur, chacun avec ses expériences particulières. Et ça, le brouhaha ambiant nous empêche trop souvent de le découvrir.

    1. Exact Jean-Philippe. Surtout que c’est un thème difficile à enseigner (la spiritualité, la connaissance de soi), on ne sait pas trop à quoi ça sert, et pourtant…
      C’est le « Connais-toi toi-même » socratique.

      J’espère que nombreux d’entre vous essaieront. Malgré sa simplicité, c’est un exercice extrêmement difficile.

  3. Accepter la solitude ontologique de notre condition, c’est déjà se débarrasser d’aspirations à des outres-mondes tels que les religions en proposent, c’est déjà vivre ici et maintenant. Citer Nietzsche en préambule était juste parfait, merci.

  4. En effet, c’est un challenge très difficile qui montre à quel point la distraction est reine dans nos vies.
    Se retrouver avec soi-même fait peur aujourd’hui, et comme tu le dis dans cette citation de Nietzche, on ne nous l’apprend pas, et le seul modèle que nous voyons en société c’est que la solitude est synonyme d’échec et l’abondance de vie sociale est un synonyme de succès.

    Prendre conscience que la sortie du samedi soir, la fête du nouvel an et autres « rituels » sociaux ne sont pas des obligations, mais simplement des habitudes sociales peut aider à se sentir bien seul !

    Merci 🙂

    1. Le plus longtemps possible. Tu peux aller méditer dans les bois pendant 10 ans si tu veux.

      En rentrant du travail jusqu’au coucher. De 19h à 23h par exemple. 4h00 avec seulement à manger et à boire.
      Pour tenir une bonne idée est de se concentrer sur sa respiration, ça occupe 🙂

  5. défi réalisé: de 19h à 8h00.

    Au début ça fait bizarre et on est tenté d’allumer quelque chose… puis on s’habitue, on se pose des questions, on pense à des gens, des situations, des souvenirs… et le temps passe. Ca fait du bien finalement!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.