Petit constat : on ne se parle plus, on ne se mélange plus. Autrefois, toutes les classes sociales se mélangeaient au bar du coin. Aujourd’hui, chaque communauté à son lieu. Et pour nos rares contacts obligatoires (laposte, supermarché, la concierge…) nous balançons des mots bonjour, merci, au revoir, comme un robot sans échangé un seul regard. Qui connait ses voisins ? Jean-Yves Lafesse peut-être (un modèle du genre pour notre challenge du jour).

Nous allons donc reformer ce fameux tissu social.

Car si vous n’êtes pas capable de démarrer une conversation, vous risquez de ne jamais faire de nouvelles rencontres, d’être tributaire des autres ou de ne jamais oser décrocher le téléphone pour réussir vos projets. De l’autre côté si vous pouvez démarrer une conversation dans n’importe quelle condition, vous serez toujours à l’aise et votre compagnie sera appréciée et recherchée.

Quels sont les bénéfices ?

Booster sa confiance. En parlant régulièrement, on élargit sa zone de confort. Ce qui existe en dehors de notre zone de confort peut aussi être appelé zone d’apprentissage. C’est une fois en dehors de sa zone de confort que l’on enclenche le processus d’apprentissage.

Améliorer sa prestance. En effet, vous serez de plus en plus à l’aise. Plus besoin de se recroqueviller pour éviter toutes interactions.

Éliminer sa timidité. Je parlerai de la méthode FEAR dans mon projet livre. C’est par de petits résultats réguliers que l’on portera avec soi une plus grande fierté. Cette fierté est une véritable source d’énergie. A terme, la peur de l’approche disparaîtra.

Provoquer des opportunités. Ce dicton anglo-saxon « It’s not what you know, it’s who you know » est plein de bons sens. Il sonne de plus en plus juste au fur et à mesure de mes réussites. D’ailleurs, lorsque j’ai débarqué en Australie, j’ai trouvé un appart, une amie et un job en 10 jours, tout ça en abordant des inconnus.

Étendre son cercle social. L’homme est un animal politique, fait pour vivre avec ses pairs. Et n’oubliez pas, le bonheur est contagieux.

Rencontrer une femme. Si vous êtes capable d’aborder n’importe qui, il sera facile d’aborder une femme.

Quelques principes

  • Aborder en parlant de vous : c’est plus facile
  • Faire de longue phrase d’accroche
  • Ensuite faire parler les gens d’eux-mêmes : il suffit de leur demander un avis, de les écouter et relancer la conversation
  • Apprendre à sortir seul
  • Sourire
  • Se trouver des points communs
  • Dire « bonjour » fort et en premier
  • Maîtriser l’art de la petite conversation avec les commerçants
  • Être énergique
  • Parler fort. En règle générale, assurez-vous d’être la personne qui parle le plus fort.

Jour 4 – Le challenge

Le challenge est plus difficile, car il va incorporer un élément extérieur : les autres… Mais si vous avez suivi les 3 derniers jours du challenge, vous devriez être dans des conditions optimales. D’autant plus que c’est une étape obligatoire pour qui veut améliorer ses aptitudes sociales.

1 – Demander un renseignement – faire une blague (3 minutes)

Ça c’est pour s’échauffer. Demandez quelque chose d’utile que vous cherchez dans votre quartier. Demandez à un homme où il a eu ses chaussures. Faites de l’humour dans la queue du supermarché. Brisez la glace.

2 – Demander un avis (3 minutes)

Arrêtez-vous à une librairie, demandez l’avis de la personne qui est côté quel magazine/livre choisir. Ou demandez un avis dans un magasin de vêtements.

3 – Faire un compliment à une femme (10 secondes)

Si vous croisez une jolie femme, faites-lui un simple compliment. Ne prenez pas son numéro. Laissez-la partir. Dites-lui simplement.

Bonus – Faites-vous un nouvel ami (30 min)

Renforcez le lien avec une personne que vous connaissez déjà. Ecrivez un mail de gratitude à un ami, dites-lui tout le bien que vous pensez de lui. Ou alors proposez une sortie à une personne que vous venez de rencontrer.

Si vous êtes capable de parler à 10 inconnus, faites-le. L’amélioration des aptitudes relationnelles demande de l’entrainement et d’être motivé par un résultat – souvent plus rapide à atteindre qu’on ne le pense.