Comment devenir un leader : tailler la marche qui fera monter les autres encore plus haut

Edmund Hillary, premier homme à gravir l’Everest

Devenir un leader.

Un capitaine.

Un chef de famille, un commandant, un meneur…

On a tous envie de montrer l’exemple et de mener les autres.

Dans  son ultime discours, Martin Luther King, nous explique qu’il est monté en haut :

« Eh bien, je ne sais pas ce qui va arriver maintenant. Nous avons devant nous des journées difficiles. Mais peu m’importe ce qui va m’arriver maintenant, car je suis allé jusqu’au sommet de la montagne.

Je ne m’inquiète plus. Comme tout le monde, je voudrais vivre longtemps. La longévité a son prix. Mais je ne m’en soucie guère maintenant. Je veux simplement que la volonté de Dieu soit faite.

Et il m’a permis d’atteindre le sommet de la montagne. J’ai regardé autour de moi. Et j’ai vu la Terre promise. Il se peut que je n’y pénètre pas avec vous. Mais je veux vous faire savoir, ce soir, que notre peuple atteindra la Terre promise.

Ainsi je suis heureux, ce soir. Je ne m’inquiète de rien. Je ne crains aucun homme. Mes yeux ont vu la gloire de la venue du Seigneur. »

Le jour suivant, le 4 avril 1968, Martin Luther King est abattu d’une balle dans la tête.

Cette histoire donne des frissons, n’est-ce pas ?

Vous savez, être un leader, ce n’est pas être un chef de bande avec une grande gueule. Ça c’est le niveau primitif du leadership.

Ce n’est pas non plus gravir l’Everest et dire : « je l’ai fait ». Non.
Être un leader c’est gravir l’Everest, revenir et faire en sorte que d’autres réussissent.

Je voudrais vous parler d’une métaphore qui vous expliquera comment devenir un leader.

Je suis tombé sur cette métaphore d’Eben Pagan, il y a quelque temps et j’aimerais vous la retranscrire en détail.

« Je vais monter l’Everest…

J’aime imaginer que l’espèce humaine est en train de gravir une montagne. Comme le mont Everest.

Et jusqu’à maintenant ce que la plupart des gens ont fait, c’est de se dire :

« Je vais monter l’Everest »

Donc, on va là-bas, on paye quelques personnes pour nous aider, on s’entraine, on monte jusqu’en haut et on dit « J’ai escaladé l’Everest et j’ai survécu ».

Mais il y a une petite partie d’entre nous qui a construit les fondations de notre monde moderne, de ce que l’on sait aujourd’hui, au niveau de la connaissance, au niveau de notre conscience, de ce qu’est un être humain aujourd’hui. Et cette petite partie, toujours en utilisant la même métaphore, au lieu d’aller devant l’Everest et de dire « Je vais escalader l’Everest », ils se sont dit :

« Un jour, on va tous escalader l’Everest ».

… revenir et tailler ma marche »

Donc au lieu d’être seul à escalader l’Everest, ce que je vais faire, c’est l’escalader, apprécier chaque moment bien sûr. Mais ensuite, je vais revenir et je vais tailler une marche.

Et ca va peut-être me prendre toute ma vie pour tailler cette marche. Mais je vais tailler ma propre marche.

Tout le monde pourra alors monter sur cette marche et gravir la montagne.

Et ce que j’ai appris, c’est que chacun d’entre nous peut tailler une marche.

Mais ca va vous demander beaucoup de travail d’escalader votre Everest, vous développer afin d’arriver au point où vous pourrez tailler votre propre marche qui monte vers l’Everest.

Et les personnes qui étaient là avant nous, qui ont inventé les mathématiques, les langues, la philosophie, qui ont travaillé sur le développement de l’homme, l’éducation, qui ont travaillé sur les questions spirituelles…

Beaucoup de ces gens ont taillé leur marche vers la montagne.

On ne fait même plus attention aujourd’hui.

On va à l’école, on étudie les maths. Nous vivons dans un pays où nous sommes libres. Et on prend ça comme acquis, c’est normal pour nous.

Mais si on regarde derrière, et si on regarde le travail qui a été fait par ces gens qui ont taillé des marches et qui nous ont permis de monter d’être ce que nous sommes aujourd’hui, on se rend compte que ça vaut le coup d’essayer de tailler sa propre marche pour que tout le monde dans le futur puisse monter aussi haut et encore plus.

Taillez votre propre marche.

On a besoin de vous.

Que vous trouviez vos points forts, vos talents. Que vous deveniez vraiment excellent dans votre domaine. Que vous ayez beaucoup de succès. Et que vous tailliez votre propre marche.

Afin que des milliers, des millions, des milliards de personnes puissent à leur tour monter dessus. Ils ne sauront sans doute pas qui a taillé cette marche, mais vous, vous le saurez.

Vous serez alors devenu bien plus qu’un leader.

– Alexis




Vous avez apprécié ce contenu ? Peut-être que vous aimeriez en avoir plus et faire partie d'un club unique ?

Le Club Nouvel Homme est gratuit et en plus des conseils de développement personnel d'Alexis Santin, vous recevrez 3 livrets de formation dont le challenge 15 jours pour devenir un Nouvel Homme :

Commentaires

  1. a écrit

    Salut Alexis,

    C’est vrai que qu’on ne réalise pas forcément tout ce qui a été fait au fil du temps pour que nous puissions bénéficier de ce que nous avons aujourd’hui.

    On peut penser par exemple à la médecine mais aussi à la technologie, au confort moderne et comme tu l’as indiqué : la liberté.

    Taillons des marches pour les suivants !

    A+
    Alexandre

Rétroliens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>